Start-up spirit ?

To be or not to be une start-up

Start-up spirit ?

Chaque mois, il se crée beaucoup de nouvelles entreprises et les « startup » sont finalement rares. Lever de l’argent pour cause de croissance trop rapide dans l’économie réelle (digitale ou non) n’est pas un phénomène si courant. 9 millions levé par Shapr ça n’arrive pas tous les jours en France, contrairement à ce qu’il se passe dans la silicon valley. Le baby-foot dans le bureau et le mimétisme culturel ne font pas la start-up et n’éviteront pas la nécessité d’être rentable.

En lisant cet article sur challenges.fr, « Start-up: cette folie douce qui pousse à lever plutôt qu’à gagner de l’argent », je me suis dit qu’en même temps, dans certains cas, les promesses d’un résultat financier, n’engagent que ceux qui ont besoin d’y croire… Pour que ce genre de « pathologie » se développe, il faut être au moins deux. D’une part, l’entrepreneur bercé dans un imaginaire médiatique se construit un imago sur ce que devrait être une start-up et d’autre part, l’investisseur bercé par des motivations diverses.

Ceux qui réussissent vous diront que c’est long, compliqué et que c’est un travail quotidien qui demande de la persévérance, des sacrifices et à minima, des choix parfois difficiles. Le fun first en balançant le fric par les fenêtres dans des stratégies de buzz amusent un temps et gonfle l’égo, pas l’EBE. Il ne faut pas pour autant se séparer des sentiments de plaisir et fierté dans ce qu’on fait.

Ceux qui font de la randonnée (ou de la sémantique générale) savent que la carte n’est pas le territoire…

L’investisseur arrive quand votre business est rentable et qu’il peut faire accélérer votre croissance ; pas pour jouer au casino ou être le sauveur d’une stratégie construite en mode Agile à la semaine. La vision doit être accompagnée d’un business plan et de plans d’actions flexibles oui! et non pas d’un « on voit ça la semaine prochaine?! »

Conclusion : construisons une offre intelligente pour nos cibles, cherchons les bons clients sans relâche pour développer nos entreprises et trouvons les bons partenaires investisseurs ensuite.